Search

L'humain et ses appréhensions avec les chevaux



Il y a dans les interactions homme-cheval, une part que l’on oublie bien souvent : le langage silencieux de l’humain.


Je vois très souvent, des gens approcher les chevaux avec beaucoup de précautions, beaucoup de lenteur, beaucoup de « je fais archi-méga attention »… Cela ne me surprend pas lorsque ces gens-là sont des non-équitants mais lorsqu’il s’agit d'habitués – ou pire de professionnels du cheval, j’avoue ne pas comprendre ce type de réactions, car ces personnes-là interagissent bien souvent pour « demander » une action, réaction au cheval (ou même sa « non-réaction »).


Imaginez un instant ceci :

Vous saluez gentiment une personne qui vient vous vendre un objet, elle vous regarde avec des yeux ronds, ses mains tremblent légèrement et vous répond en bredouillant un vague bonjour quasi-inaudible. Vous vous dites qu’elle est peut-être mal-entendante, qu’elle ne comprend pas ce que vous dites, vous lui cherchez, en somme, des « excuses » extérieures à vous. Soudain, elle s’avance avec un objet qui ressemble à un serpent et essaie de le mettre près de votre visage, votre réaction ne sera plus de lui trouver des « excuses » extérieures à vous mais plutôt de vous protéger et si l'idée de venait de continuer, il ne vous reste autre choix que de vous défendre !

Voilà ce que peut vivre un cheval quand une personne qu’il ne connaît pas l’approche d’une façon non-rassurée dans l’intention de demander sa collaboration pour une chose dont il ne devrait pas avoir peur. Si la personne elle-même doute, « a peur », intervient par des gestes approximatives, maladroits, le cheval a tout à fait raison de se méfier, même le mieux éduqué et le plus désensibilisé.


Si le cheval ne doit rien craindre de la chose que vous souhaitez lui présenter, donc VOUS ne devez rien craindre de cette chose.


On demande tant de choses à nos chevaux, leur calme, leur énergie, leur force, leur endurance, sommes-nous 1/10 de tout cela ?

16 views0 comments

Recent Posts

See All